Feu de cuvette de rétention

S5 Feu de cuvette de retentionDominique BONJOUR
00:00 / 04:39

Condition de survenance

Ce type d’accident est susceptible de se produire à la suite d’une fuite ou d’une déchirure sur une jupe de bac contenant un liquide inflammable.

L’inflammation se produira si les vapeurs du produit contenu dans la cuvette se trouvent en contact avec un point chaud ou toute autre source d’inflammation alors que leur concentration dans l’air est comprise entre leur LIE et leur LSE.

Les risques associés à ce type de scénario sont les suivants :

  • l’expansion rapide du feu initial d’un compartiment de la cuvette aux compartiments voisins,

  • le flux thermique généré par le feu qui peut impacter les structures voisines de la cuvette,

  • le risque de mise à feu ou d’explosion des bacs contenus dans la cuvette.

Difficultés opérationnelles

Les difficultés opérationnelles sont nombreuses en pareilles circonstances car le rayonnement ne permet pas d’approcher facilement le dispositif d’attaque du foyer.

Les bacs contenus dans le compartiment ou la cuvette en feu doivent être refroidis à la mousse, les bacs extérieurs peuvent être refroidis à l’eau.

 

Il convient de prioriser le refroidissement des bacs les plus petits, contenant les produits les plus volatils et les moins remplis.

Les bacs les plus grands ne vont en effet s’échauffer que très lentement.

Choix tactiques

Il convient d’établir au plus tôt une courbe de montée en puissance qui permette d’évaluer les délais de mise en œuvre des moyens d’extinction à la mousse.

 

Dans l’hypothèse où l’on ne disposerait pas des moyens suffisants à l’extinction sur une base de temps de 20 mn :

  • volume d’émulseur (calculé en fonction de ses performances et de la nature du liquide inflammable à éteindre),

  • dispositif d’injection (par pompe ou injecteur proportionneur)

  • pompes,

  • lances canons mousse et leurs tuyaux d’alimentation,

  • réserve d’eau, ...

     

Une phase de temporisation devra être mise en place pendant le temps nécessaire à l’arrivée des moyens complémentaires.

 

Le débit de temporisation est égal à la moitié du débit d’extinction.

 

Par sécurité, il est judicieux de s’assurer que les moyens engagés pourront entretenir l’extinction et combattre les éventuelles reprises de feu. Ces besoins sont estimés équivalents à ceux d’extinction.

Logigramme 

Capture d’écran 2019-01-17 à 12.00.30.pn

EXPERTISE FRANCE 

Agence Française d'Expertise Technique Internationale

73, Rue de Vaugirard

75006 Paris, FRANCE. 

Capture d’écran 2019-01-15 à 18.23.54.pn

INERIS DEVELOPPEMENT SAS

Avenue du Parc Alata

60550 VERNEUIL-EN-HALATTE, FRANCE

  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn Social Icon